Intervention Seins

Réduction mammaire Lyon

Le sein est constitué de glandes et de tissus graisseux, contenus dans une enveloppe cutanée dont le sommet est le mamelon. L’hypertrophie mammaire est un volume trop important des seins par rapport à la taille et au poids. La ptose mammaire est une distension de la peau qui entraîne le sein vers le bas. L’hypertrophie et la ptose sont souvent associées. La gêne peut être physique, esthétique ou et psychologique.

1. PRINCIPE DE L’INTERVENTION


Le but de l’intervention est de restituer une silhouette harmonieuse au prix de cicatrices réduites. Elle consiste à réduire chirurgicalement le volume de la glande mammaire et à adapter l’enveloppe cutanée au nouveau volume. Le mamelon est placé en bonne position. Il doit garder sa sensibilité et permettre l’allaitement.


2. CONDITIONS PREALABLES A L’INTERVENTION


Un poids normal ou proche de la normale est souhaitable avant l’intervention. Un bon état de santé physique et psychologique est nécessaire. Le bilan pré-opératoire est obligatoire, et doit être effectué à la clinique dans les semaines qui précèdent l’intervention. Il comprend une consultation par le médecin anesthésiste et des examens sanguins. Après 40 ans, une mammographie récente est exigée. L’ arrêt du tabac est vivement conseillé.


3. L’INTERVENTION CHIRURGICALE ET L’HOSPITALISATION


La patiente est hospitalisée la veille de l’intervention. Le chirurgien prend les photos et trace les dessins pré-opératoires. L’intervention se déroule sous anesthésie générale et dure environ 2 heures. Les pièces opératoires sont pesées et toujours envoyées au laboratoire pour analyse. Ensuite, la patiente est surveillée en salle de réveil pendant environ une heure. La patiente porte un pansement compressif et deux drains. Le premier pansement est fait le deuxième jour puis environ tous les deux jours. Les drains sont retirés le jour du départ. Les bas à varices sont portés pendant dix jours. Le levé des le lendemain de l’intervention et la marche sont indispensables pour éviter l’apparition de phlébite. La prescription d’anticoagulants est parfois nécessaire. La durée d’hospitalisation est de 2 à 3 jours en moyenne.


4. LES SUITES OPERATOIRES


Les suites sont très peu douloureuses. Les pansements sont refaits à domicile par une infirmière tous les 2 ou 3 jours. La patiente est revue par le chirurgien vers le quinzième jour pour surveiller la cicatrisation. Il n’est pas nécessaire de retirer les points de suture qui sont résorbables. Les pansements sont alors arrêtés et la patiente peut prendre des douches. Les pansements sont remplacés par un soutien gorge de sport pendant 1 mois, jours et nuits. La reprise du travail est possible après 2 semaines, et le sport après 2 mois. Les consultations à 2 mois, 6 mois et 1 an, permettent de juger de l’évolution du résultat.


5. CICATRICES et RESULTAT


La forme arrondie el le dégonflement des seins sont acquises après le 2 ème mois et la souplesse après 6 mois. La cicatrice est une séquelle obligatoire de cette chirurgie. Notre but est d’obtenir une cicatrice de la meilleure qualité possible. Son évolution dure de 12 à 18 mois. Elles sont fréquemment rouges et indurées au cours des premiers mois, et doivent être protégées du soleil (écran total). Leur qualité dépend de la technique chirurgicale et de facteurs propres à chaque patiente (tabagisme, âge, origine ethnique, type de peau...). Leur massage permet d’accélérer leur évolution. La longueur et la disposition de la cicatrice sont variables selon la technique utilisée, la taille et la forme des seins. Elles vous seront précisées par le chirurgien.


6. LES COMPLICATIONS


Toute intervention chirurgicale, sous anesthésie, comporte des risques dont l’énoncé est une obligation légale. Ces complications sont rares et dépendent de l’état général du patient, et de la complexité de l’intervention; elles sont majorées par le tabagisme.

Il existe des complications locales, qui peuvent être constatées immédiatement après l’intervention :
- allergie au pansement (qui doit donc être retiré)
- epanchement de lymphe
- hématome (dont l’importance peut contraindre à une intervention en urgence)
- désunion de la cicatrice
- infection
- nécrose de la peau ou de l’aréole

Les complications générales dépendent plutôt de l’anesthésie ou de l’installation :
- parésie ou paralysie des membres supérieurs
- phlébite
- embolie pulmonaire
- allergie aux produits anesthésiques
- arrêt cardiaque

Les complications peuvent allonger la durée d’hospitalisation, de soins et d’arrêt de travail. Les séquelles à distance de l’intervention sont rares :
- douleurs
- sensations de picotements
- séquelle cicatricielle d’une nécrose ou d’une désunion
- diminution ou perte de la sensibilité de l’aréole
- anomalie de la cicatrice (hypertrophie, chéloïde, dyschromie, élargissement...)


7. REMARQUES


En cas de résultat insuffisant, une retouche chirurgicale est généralement possible sans demande d’honoraires supplémentaires. Une grossesse ou une variation de poids peuvent altérer durablement le résultat. Le risque de trouver par hasard un cancer est inférieur à 1/1000. Le fait d’avoir des seins plus petits ne diminue pas le risque de cancer mais facilite l’examen clinique. Si vous avez plus de 40 ans, il est souhaitable de pratiquer une mammographie de référence un an après l’intervention.


8. CONCLUSION


Cette note d’information a pour but de vous informer clairement sur votre intervention. C’est une obligation légale du chirurgien. Tout point peut être précisé à votre demande. L’avis d’autres chirurgiens peut vous aider à prendre votre décision..

Imprimer